***** Us in USA, well just Me *****

FROM PARIS AND LYON TO AUSTIN... and all of the above "Tous les textes et photos de ce site sont propriété de l'auteur et ne doivent pas être reproduits, vendus ou diffusés sans son autorisation écrite."

Wednesday, March 22, 2006

V for Vendetta = A for Amazing (attention, SPOILERS)

“Remember, Remember, the 5th of November…”
Nous avons vu ce lundi soir, et bien que ne connaissant pas le comic dont il est tiré, j’ai adoré ! (un peu pareil que le billet precedent, mais j'en dis un peu plus sur le contenu du film...)
On est dans l'Angleterre de 2020 et franchement pas loin de ce que "1984" prévoyait. Les tendances fascistes présentes dans la culture politique britannique d’avant-guerre ont refait surface, et le peuple est commandé par la répression policiere, surveillance et propagande et maux infligés par le gouvernement lui-meme, peur infligée par le gouvernement via les médias pour faire du public des moutons... Tiens, tiens... Mais pendant que tout document favorable a toute opposition disparait, V for Vendetta peut etre vu comme la critique la plus virulente et osée de l’administration actuelle.

Des images rapides montrent des prisonniers en orange, des cadavres nus et défigurés jetés dans des fosses communes, des expériences menées sur des prisonniers, on sent le 11 Septembre, Abu Ghraib, les bombes dans le métro de Londres, les armes de destruction massive, les écoutes clandestines du gouvernement, la grippe aviaire.... Des terroristes islamistes ont été donnés comme responsables d’attaques chimiques, alors tests grandeur-nature du gouvernement..... Toute pensée libre est déloyale. L'homosexualité ou la possession d'un Koran -- amour non autorisé et foi non autorisée -- sont des crimes capitaux. Le film annonce un futur où le gouvernement plante des histoires dans l’organe média qu’il controle, et commande la Pensée en fournissant juste un point de vue. Bien sur, il devient problématique d’avoir, ou de tenter d’exercer tout esprit critique parce qu’après tout, qu’est ce qui est plus dangereux pour une théocractie autoritaire qu'une question ? La ou le film se sépare de 1984 est dans l’espoir qu’il laisse, il insiste : même sous une tyrannie, l’héroisme est possible !

C’est aussi bien difficile de trouver un « blockbuster » (dit d’action) de qualité, enfin en ce qui me concerne... On trouve en general beaucoup d’actions et peu d’idées, ici, c’est le contraire et c’est tres bien. V est saisissant, intelligent et innovateur.
Son vengeur masqué, connu sous le nom de V, a des objectifs clairs ; il ne s’agit pas d’éliminer une pignée de bandits comme on pourrait s’y attendre, mais il veut changer la société, redonner le gout de la reflexion aux gens et déclencher une Révolution ! Son masque, modelé sur le visage de Guy Fawkes, le révolutionnaire le plus célèbre d’Angleterre, n'est pas un déguisement pour préserver son anonymat, mais un symbole pour proclamer sa rébellion ; sa conversation est dense, riche ; sa forteresse n'est pas un musée des armements, mais une vaste réserve de livres précieux, arts et autres musiques. Il est un combattant hors-pair, maniant les poignards comme personne. Dans un monde régit par violence, la violence peut être le meilleur outil pour la disséquer.
Au centre de l'histoire, on a Evey (Natalie Portman), une jeune femme de tous les jours employée comme stagiaire ou souffre-douleur par la chaine de tele nationale et unique. Quand elle est menacée par la police secrète pour violation de couvre-feux, le V révolutionnaire masqué (Hugo Weaving, Agent Smith dans "The Matrix") la sauve. Pour la Police, ca ne fait aucun doute, elle est sa complice. V la prend alors avec lui pour sa propre protection. Il y a des parallèles avec "le fantôme de l'opéra" dans leurs rapports, V devient son précepteur cultivé et protecteur, mais en meme temps, quelque chose de sombre dérangeant est la... Bien que ses manieres soient courtoises, V tient Evey prisonniere, et il n’hésite pas a employer la duperie et la torture pour la plier a son dessein. Elle en perdra même ses cheveux !
V est un terroriste, mais que dire d’un gouvernement qui controle son peuple par la peur ? On peut alors penser a la « Boston tea Party »... N’était-ce pas un acte « terroriste » au service de la liberté ? Quand distinguons nous héroisme de terrorisme ?

On ne voit pas le visage de V, et on se met a l’aimer... Etrange... On se met a rever de Resistance, de Revolution, de « et si... ». Le heros n’a pas de visage, il est tout le monde.
Les acteurs sont superbes. Portman se révele, et V est merveilleux, allant au fait du language corporel et des intonations vocales....
Je ne suis pas amatrice de BD, je n’ai pas lu le Comic dont est tiré le scénario (ecrit dans les annees 80 comem un anti-Thatcher), mais j’ai trouve ce film superbe, et je me suis sentie même un peu coupable d’apprecier les dernieres scenes du film, ahhhhh Big Ben....
é è ê ë à â î ï ù û ç ô € ¢ ° œ æ ²

3 Comments:

  • At Wed Mar 22, 01:03:00 PM , Anonymous mimi said...

    hey dorothee tu nous dis pas s il y a un peu d humour dans ce film car c est bien beau de denoncer la terreur mais si on doit flipper pendant 2 heures, merci, je prefere O'Reilly, au moins il est tellement con que je me marre !!

     
  • At Wed Mar 22, 02:16:00 PM , Blogger Cloporte said...

    hu hu hu ! Elle radote la miss Dorothee !
    ;-) Meuh nooooooooonnnnnnnnnnnn, j'plaisante !

     
  • At Wed Mar 22, 02:18:00 PM , Blogger paris2texas said...

    Mimi : ah bah, pour Les Bronzes, c'est le site d'a cote...

    Cloporte : mais nan, mais c'est l'amourrrrr

     

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home